Protection des milieux humides forestiers sur terres privées / PCHE sud du Québec, 2015-16

Rapport final : Protection des milieux humides forestiers sur terres privées / PCHE sud du Québec, 2015-16

Les buts et les objectifs

Le projet de protection des milieux humides forestiers sur terres privées vise à poursuivre les activités de conservation volontaire entreprises depuis plusieurs années au Québec dans le cadre du programme Forêt-Faune volet “milieux humides forestiers” de la Fondation de la faune. Ce programme comporte 3 volets principaux dont celui sur la conservation des milieux humides. Dans ce volet, on retrouve deux activités soit:

Activité 1– la signature d’ententes de conservation (déclaration d’intention)

Activité 2– le suivi des milieux protégés et la fidélisation des propriétaires

Ces activités visent particulièrement deux volets du PCHE soit la protection du territoire par la signature d’ententes de protection (conservation volontaire) avec les propriétaires et le suivi de travaux ou l’évaluation des résultats. L’objectif ultime est de conserver des milieux humides de qualité dans le sud du Québec pour assurer et même accroître les ressources en sauvagine ainsi que pour protéger et mettre en valeur ces habitats fauniques riches en biodiversité au cours de l’année 2015-2016.

Les principaux intervenants sont les propriétaires eux-mêmes qui participent activement à des projets d’intendance et à des activités de conservation au profit de la sauvagine et d’autres espèces fauniques sauvages. Ceci, grâce à la collaboration d’organismes locaux engagés dans la conservation des milieux naturels qui contribuent à livrer des résultats concrets sur le terrain.

Cette approche de conservation volontaire basée sur l’intendance privée (private stewardship) trouve son bien-fondé dans la sensibilisation des propriétaires de boisés privés sur l’importance et les bénéfices que les milieux humides apportent à la société. Par le fait même, la présence de ces milieux influence ces propriétaires à adopter des comportements et des pratiques plus consciencieuses et respectueuses par rapport à ces habitats fauniques de grande valeur écologique.

Les résultats d’habitats qui seront soutenus par la contribution d’HFC

– 1006 hectares supplémentaires de milieux humides en forêt privée seront protégés pour favoriser la présence de la sauvagine alors que le suivi des ententes signées dans le passé se fera pour 1 369 ha;

– 12 projets de conservation seront mis en œuvre et 4 projets de suivi seront réalisés;

– 159 nouveaux milieux humides (étang, marais, marécage, tourbière à mares) seront protégés alors que les ententes de 73 milieux humides précédemment protégés seront suivies dans la prochaine année;

– 185 nouveaux propriétaires vont s’engager activement dans la conservation de leur milieu humide (signature de déclaration d’intention) alors que 143 autres seront rencontrés pour faire le suivi des ententes signées dans le passé.

Quels sont les avantages du projet pour la sauvagine, les espèces associées aux terres humides et d’autres espèces fauniques?

Ce projet de conservation en terres privées se situe surtout dans la région de conservation des oiseaux-13 (RCO) le long de la Plaine du Saint-Laurent, considérée prioritaire par le PCHE puisque les habitats pour la sauvagine et les oiseaux y sont toujours menacés. De plus, certains sites visés pour la protection des milieux humides forestiers concordent avec quelques secteurs prioritaires pour les milieux humides selon les Plans régionaux de Canards Illimités Canada.

Parce que les habitats humides les plus menacés au Québec se trouvent, entre autres, dans la RCO 13, et qu’il s’agit majoritairement de terres privées, les efforts de conservation volontaire avec la collaboration Formulaire de demande des propriétaires privées doivent être poursuivis et même, davantage déployés. Notre projet de protection des milieux humides forestiers en est d’ailleurs cité comme un succès dans le Plan d’implantation et d’évaluation 2007-2012 du Québec dans le cadre du PCHE.

La pertinence quant à la planification, la prise de décisions et/ou la gestion de l’habitat

Les actions de conservation volontaire et d’intendance privée permettront d’avoir un effet direct et indirect sur la protection des milieux humides et les habitats pour la sauvagine et autres espèces qu’ils constituent. Par la signature d’entente de conservation (déclaration d’intention), les propriétaires s’engageront dans une démarche de protection et suivront les recommandations des spécialistes ayant fait la visite des leurs milieux. Ces initiatives permettront de maintenir et d’accroître la productivité faunique et la biodiversité des milieux humides forestiers en favorisant des engagements fermes des propriétaires et en développant des partenariats avec des organismes voués à la mise en valeur de ces milieux.

Le suivi des milieux et la fidélisation des propriétaires permettra quand à lui de connaître les résultats concrets d’une approche de protection par conservation volontaire et également de constater la validité de l’engagement des propriétaires ayant été sensibilisés dans le passé. Déjà, les résultats des dernières années ont permis de constater que les milieux protégés sont restés intacts et non perturbés pour la plupart alors que de nouvelles espèces fauniques, incluant la sauvagine, ont été répertoriées là où il n’en avait pas été trouvé auparavant. Les propriétaires rencontrés à nouveau sont tous restés sensibilisés et certains d’entre eux se sont même engagés plus concrètement en signant des servitudes de conservation ou des ententes légales. De plus, quelques nouvelles réserves naturelles en milieu privé pourraient être reconnues (en collaboration avec le MDDELCC). Ces réserves contribueront à l’augmentation de la superficie du réseau des aires protégées au Québec.

Les propriétaires privés, chasseurs ou non, possédant des milieux humides seront les premiers à bénéficier du projet. Ceux-ci obtiendront une caractérisation biologique de leur site, un inventaire des espèces fauniques et floristiques ainsi qu’une évaluation du potentiel de nidification de la sauvagine. De plus, la remise d’un outil de sensibilisation tel qu’un cahier du propriétaire, leur permettra de recevoir des recommandations simples et efficaces afin de mieux protéger leur milieu. En signant leur entente de conservation volontaire, les propriétaires se conscientisent à l’importance de leurs milieux et à la valeur faunique que ceux-ci peuvent présenter. Les organismes de conservation bénéficieront également des résultats concrets en termes d’hectares protégés de milieux humides grâce à leur collaboration. Finalement, c’est la population d’une région qui pourra en bénéficier puisque certains de ces milieux humides protégés feront l’objet de mise en valeur afin qu’un accès public soit aménagé à ces sites. Les chasseurs de sauvagine seront aussi privilégiés de pouvoir ainsi fréquenter ces habitats propices à la chasse, lorsqu’elle sera permise et encadrée.

Une description de l’emplacement du projet

Province : Québec

Le type d’habitat : Milieux humides forestiers

Autres détails pertinents en relation à l’emplacement : Le projet couvre plusieurs sites sur l’ensemble du territoire de la vallée du Saint-Laurent (bassesterres) dans deux écozones principales : bouclier boréal et plaines à forêts mixtes. Il touche ainsi l’écorégion prioritaire du Fleuve Saint-Laurent classifiée catégorie A par le PCHE et quatre autres écorégions de catégorie B. Le paysage sur lequel les projets seront réalisés est essentiellement forestier. Le projet se situe en totalité dans le bassin hydrographique du Saint-Laurent. Plus spécifiquement, la région principalement ciblée est les Appalaches.

Le contact du projet

Pour obtenir plus de renseignements sur ce projet, veuillez SVP vous adresser à André Martin, Président directeur-général, Québec, QC.