Aménagement faunique du marais Poulin 2012-2013

Les buts et les objectifs

Le présent projet consiste à restaurer le marais Poulin aménagé par Canards Illimités Canada (CIC) en 1983. Les travaux
consistent à remplacer l’ouvrage de contrôle actuel qui, depuis quelques années, montre des signes de détérioration avancée
et compromet la survie de cet aménagement faunique. La mise en place d’un nouvel ouvrage de contrôle du niveau d’eau
permettra maintenir le marais à son niveau d’opération et donc, de conserver cet excellent habitat pour la sauvagine, les autres
oiseaux aquatiques, les invertébrés, les amphibiens, les reptiles et les mammifères aquatiques et semi-aquatiques, qui tireront
profit de ce milieu humide.

Le projet est directement en lien avec les priorités du PNAGS, car il répond aux critères d’activités prioritaires du Plan conjoint
des habitats de l’est (PCHE/EHJV), notamment la restauration d’un habitat pour la sauvagine.

La faune fréquentant le site est très abondante et diversifiée. Les terres hautes adjacentes, situées en périphérie du marais, sont constituées d’un marécage arbustif et d’une forêt mature couvrant une superficie d’environ 11 hectares. Ces terres hautes constituent un habitat de nidification pour la sauvagine et d’autres oiseaux nicheurs tels que le canard branchu, le canard colvert et la sarcelle d’hiver.
 

Les activités

Conception des plans et devis – avril à Juin 2012

Appels d’offres, soumissions  – juillet à septembre 2012

Signature d’entente – juillet à septembre 2012

Réalisation des travaux – octobre à Janvier 2013
 

Quels sont les avantages du projet pour la sauvagine, les espèces associées aux terres humides et d’autres espèces fauniques?
Les marais aménagés constituent des habitats essentiels et de qualité pour la sauvagine et les autres espèces utilisatrices de ces milieux. Actuellement, l’ouvrage en place menace à court terme le maintien des fonctions écologiques du territoire. La restauration de ce marais permettra de le maintenir en opération et donc de conserver cet excellent habitat pour la sauvagine et les autres oiseaux aquatiques, qui y trouveront abri, nourriture, habitat d’élevage et sites de nidification. De plus, les invertébrés, les amphibiens, les reptiles et les mammifères aquatiques et semi-aquatiques tireront profit de ce milieu humide.

 

La pertinence quant à la planification, la prise de décisions et/ou la gestion de l’habitat

La détérioration avancée des ouvrages de contrôle du niveau d’eau motive la réalisation de ces travaux de manière à conserver ce marais, et surtout pour ne pas compromettre la survie de cet aménagement faunique, qui constitue un habitat essentiel pour plusieurs espèces fauniques et floristiques inféodées à ce milieu humide. Un assèchement créerait la perte du marais en entraînant son envahissement par la végétation et diminuerait, par conséquent, le potentiel faunique du site.

Le contrôle du niveau d’eau permet de favoriser le développement et la répartition de la végétation aquatique et d’optimiser la productivité biologique du site.

De plus, l’entente de conservation de 20 ans sera renouvelée avec les propriétaires.

 

Une description de l’emplacement du projet

Région de Chaudières-Appalaches; MRC de Beauce-Sartigan; Mun. de Saint-Simon-les-

L’aménagement faunique du marais Poulin fait partie du bassin versant de la rivière Chaudière. Selon la caractérisation végétale, le site se divise en quatre zones (marais, prairie humide, marécage arbustif et forêt) suivant son degré d’humidité. Le marais est caractérisé par une végétation aquatique composée de potamots, de rubaniers, d’utriculaires, de quenouilles et de scirpes. Vient ensuite la prairie humide, une zone composée de graminées et de carex. Au pourtour, on retrouve le marécage arbustif composé principalement d’aulnes rugueux, de saules et de myrique baumier. Puis, le mélèze laricin, l’épinette blanche et quelques peupliers faux-tremble forment la strate arborescente de la forêt environnante. Le marais est alimenté en eau principalement par le ruisseau (tributaire de la rivière Cumberland) qui le traverse. 

 

Le contact du projet

Pour obtenir plus de renseignements sur ce projet, veuillez SVP vous adresser à  André Michaud, biologiste, Chef d’équipe, Conservation des habitats, Canards Illimités Canada (CIC), Québec (QC).