La sauvagine

10259058_10152895209889569_3576992619067532753_o   img_2676    swan-pair-at-rivermouth

La sauvagine est le terme général utilisé pour les espèces de la famille Anatidae, composée de canards, d’oies et bernaches et de cygnes.

Le Canada accueille plus de 35 espèces de canards, d’oies et bernaches et de cygnes pendant au moins une partie de chaque année.

La sauvagine et des oiseaux migrateurs considérés comme gibier

Nous avons des lois fédérales au Canada qui protègent les oiseaux migrateurs afin d’assurer la conservation de populations saines.

La plupart des espèces de sauvagine sont considérées comme gibier, de sorte que la conservation de la sauvagine comprend des activités de surveillance et de réglementation afin d’assurer que la chasse est gérée de façon durable (la chasse au cygne n’est pas permise au Canada).

Célébrons 100 ans de protection des oiseaux migrateurs

« Il y a un siècle, les oiseaux étaient en difficulté. L’usage excessif des ressources naturelles était la norme : la destruction de l’habitat et la chasse non réglementée pour les restaurateurs et l’industrie de la chapellerie (pour les plumes) ont décimé les populations d’oiseaux migrateurs. Le Grand Pingouin et l’Eider du Labrador ont complètement disparu, suivis en 1914 par ce qui avait été jadis l’espèce d’oiseau la plus abondante en Amérique du Nord, la Tourte voyageuse. »

« Les gens ont alors commencé lentement à se rendre compte que la demande croissante en oiseaux dépassait ce que leurs populations pouvaient soutenir. Un mouvement de conservation est ainsi né et a mené à la signature d’un des premiers traités internationaux sur la conservation de la faune, ouvrant une nouvelle ère de collaboration internationale pour la protection de la faune et de son habitat. »

« Signée le 16 août 1916, la Convention Canada–États-Unis concernant les oiseaux migrateurs visait à réglementer la chasse aux oiseaux et à « assurer la conservation [des oiseaux] qui sont utiles à l’homme ou inoffensifs »

« La législation adoptée en 1917 assurait l’application de la Convention au Canada en protégeant les oiseaux migrateurs pour leur valeur alimentaire, sociale, culturelle, spirituelle, écologique, économique et esthétique. »

« Le traité a été le premier accord international conçu pour protéger les oiseaux sauvages, et l’un des premiers à viser la protection d’une quelconque espèce sauvage. »

Les sources :
« Le Canada et les États-Unis célèbrent 100 ans de protection des oiseaux migrateurs ». Gouvernement du Canada, 16 août 2016, http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=1111789&_ga=1.218820825.1135375200.1480618109.
« Célébrons 100 ans de conservation des oiseaux ». Environnement et changement climatique Canada, 28 août 2016, http://ec.gc.ca/nature/default.asp?lang=Fr&n=7DDD9435-1.

Le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine

Le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS) est un partenariat international qui a pour objet de conserver et de protéger les habitats de terres humides et les milieux secs environnants, ainsi que les populations de sauvagine qu’ils abritent, en mettant les gens en contact avec la nature.

En 1986, les gouvernements du Canada et des États-Unis ont conclu cette entente internationale de partenariat, établissant ainsi les fondements de la coopération internationale en matière de rétablissement des populations de sauvagine en déclin. Le Mexique est devenu un signataire du Plan lors de la mise à jour de celui-ci en 1994. Depuis, le partenariat du PNAGS s’étend à l’ensemble de l’Amérique du Nord et s’attaque aux échelles nationale et régionale à diverses questions liées à la gestion de la sauvagine et de l’habitat qu’elle fréquente.

Le Plan a été révisé en 2012 pour ajouter un nouvel appel à l’action pour la conservation de la sauvagine. La révision du PNAGS de 2012 a décrit les objectifs révisés pour les populations de sauvagine, l’habitat de la sauvagine et ceux qui aiment et soutiennent activement la conservation de la sauvagine et des terres humides :

  • But 1 : Des populations de sauvagine abondantes et saines, malgré la chasse et les autres utilisations sans mettre en péril l’habitat.
  • But 2 : Des terres humides et un habitat connexe suffisants pour maintenir les populations de sauvagine aux densités désirées, tout en offrant des endroits récréatifs et des services écologiques qui profitent à la société.
  • But 3 : Augmenter le nombre de chasseurs de sauvagine, d’autres défenseurs de l’environnement et de citoyens qui appuient activement la protection de la sauvagine et des terres humides et en tirent profit.

Pour consulter le Plan, consultez  : http://nawmp.wetlandnetwork.ca/nawmp-plan-documents/

Sources :
« Qu’est-ce que le PNAGS? ». Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (Canada), 2013, http://nawmp.wetlandnetwork.ca/what-is-nawmp/.
« Révision 2012 du PNAGS ». Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (Canada), 2013, http://nawmp.wetlandnetwork.ca/nawmp-revision-2012/.

L’État des populations d’oiseaux du Canada, Rapport 2012

Ce rapport a été publié par l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord (ICOAN Canada) en 2012 et représentait le tout premier portrait complet de la santé actuelle des oiseaux du Canada.

Aperçu de la sauvagine :

  • La coopération internationale dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS) a permis une gestion plus durable de la chasse à la sauvagine et la protection ou la restauration de nombreuses terres humides.
  • Dans la forêt boréale de l’Est, le nombre d’individus de sauvagine et d’autres oiseaux aquatiques ont légèrement augmenté en nombre (en moyenne) par rapport à 1970. Certaines espèces, comme le Harle couronné, la Grue du Canada et la Bernache du Canada, ont enregistré des hausses substantielles de plus de 100 %; cependant, d’autres espèces, telles que le Butor d’Amérique et le Garrot à œil d’or, ont diminué fortement.
  • La forêt boréale de l’Ouest joue un rôle essentiel dans le soutien des populations d’oiseaux continentaux de nombreuses espèces d’oiseaux chanteurs, d’oiseaux aquatiques et de sauvagine. Dans les années de sécheresse, bon nombre des canards qui se reproduisent habituellement dans la région des Prairies se déplacent vers l’ouest boréal.
  • Les Prairies soutiennent la densité la plus élevée de sauvagine reproductrice au Canada et fournissent des aires de repos essentielles à la sauvagine migratrice et aux oiseaux de rivage.

Consultez le rapport à l’adresse suivante : http://www.etatdesoiseauxcanada.org/

État des populations d’oiseaux de l’Amérique du Nord 2016

Ce rapport de 2016, également été publié par l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord (ICOAN), présente la toute première évaluation de la vulnérabilité à la conservation de toutes les 1 154 espèces d’oiseaux indigènes au Canada, aux États-Unis et au Mexique.

  • Les oiseaux relient le continent : plus de 350 espèces d’oiseaux sont vraiment trinationales, vivant au Canada, aux États-Unis et au Mexique au cours de l’année.
  • Les oiseaux d’eau ont bénéficié d’une gestion minutieuse de la récolte et de la conservation des terres humides, mais les tendances positives pourraient ne pas durer si la perte des terres humides se poursuit.

Consultez le rapport à l’adresse suivante : http://fr.stateofthebirds.org/2016/#_ga=1.181233191.1424342520.1480621196